Les 6 plugins indispensables pour WordPress

Je crois que pas un bloggueur dans le domaines des technos/dev, ne sort son petit article sur les « x meilleurs plugins pour WordPress ». Je ne publie pas celui-ci pour me lancer dans le marché hyper concurrentiels en SEO des articles sur les extensions WordPress, mais plutôt pour avoir sous la main un aide-mémoire des extensions à installer sur les WordPress de mes clients et les paramètres indispensables.

En outre, étant donné que ces extensions sont toutes gratuites, je trouve plutôt sympa de donner un peu de reconnaissance à leurs hauteurs respectifs.

WordPress SEO

J’ai parlé de référencement en intro, alors commençons par ça : WordPress SEO par Yoast. Ce doux plugin permet de configurer WordPress pour le rendre encore mieux référençable :

  • Mettre certaines pages en noindex,
  • Forcer la réécriture des titres,
  • Personnaliser la meta descritpion et bien plus encore !

Titres & Métas

Dans « Titres & Métas > général » on force la réécriture des titres et on coche « ne pas indexer les sous-pages des archives ». Les pages listant vos articles n’apportent rien ni en terme de SEO (elles feront tout au plus du duplicate content), ni à l’utilisateur, Google ayant déjà indexé vos articles par leur url, un résultat de recherche mènera directement à l’article le plus pertinent. Enfin, on coche toutes les caches de « nettoyer la section head ».

Dans l’onglet « Accueil », il suffit de renseigner le modèle de titre pour la homepage et dans « type d’articles », on laisse tout décoché puisqu’on veux que nos articles, pages et médias soient référencés.

Dans l’onglet « taxonomies » en revanche, on coche « noindex, nofollow » pour « catégories » et « mots-clefs » puisque ces pages sont utiles pour la navigations mais elles présentent du contenu redondant et n’ont donc pas vocation à être référencées (duplicate à nouveaux).

Enfin dans « autres » : « noindex, nofollow » pour tout. On désactive aussi les archives des auteurs s’il n’y a qu’un seul auteur ou si les tris par auteurs ne sont pas pertinents (blog d’entreprise où l’on parle toujours au nom de la boite).

Sitemaps XML

Sur la page « Sitemaps XML » on active la fonctionnalité, on désactive les pages auteurs, on notifie Yahoo et Ask (ça ne coûte pas grand chose…), on exclue les fichiers médias (les plus important ce sont les articles, les fichiers médias n’étant dans la plupart des cas que le contenu des articles), ainsi que les catégories et les mots-clefs.

Permaliens

Dans « permaliens », on active juste « retirer les mots d’arrêts », là c’est plus une question d’esthétique d’url plus propres et plus courtes puisque les mots de liaisons (le, la, des…) n’entravent pas le référencement.

Liens internes

En général je m’efforce de ne pas avoir trop de niveau de profondeur et je n’active donc pas le fil d’Ariane (dans « liens internes »), mais cela peut-être intéressant si vous avez beaucoup de niveaux de pages.

W3 Total Cache

W3 Total Cache de Frederick Townes permet de littéralement booster les performances de WordPress. On évite grâce à lui de générer les pages à chaque fois grâce à la mise en cache (un fichier html de la page est créé, il n’y a ainsi plus qu’à servir ce dernier au lieu de re-générer la page avec une requête SQL et le travail de PHP pour chaque page vu).

Le plugin permet aussi de minifier automatiquement les ressources (CSS, js), de compresser le html etc. Ce dernier travaille sur cinq axes essentiels :

  • Cache des pages en fichier HTML sur le serveur, ce qui évite au serveur de refaire les calculs et d’effectuer de nombreuses requêtes vers la base de données,
  • Cache certains résultats de la base de données ce qui évite de faire de nouveau une requête similaire à la prochaine demande,
  • Minification du code HTML des pages qui permet d’avoir une réduction du poids des pages (moins de données à transférer),
  • Minification et assemblage des ressources css et javascript. On gagne ainsi en taille et moins de fichiers à charger donc une réduction des requêtes HTTP,
  • Mise à profit du cache des navigateurs pour ne pas recharger des ressources que le navigateur possède déjà (les fichiers JS et CSS restent les mêmes entre deux pages par exemple).

General settings

On va directement dans « general settings » et on active tout jusqu’au « browser cache » en laissant les options par défaut, ce qui est parfait pour un hébergement mutualisé. Pour du dédié ou du VPS, on remplacera avantageusement « disk cache » par APC s’il est installé (au lieu d’avoir le fichier de cache sur le disque, cela permet de le conserver en RAM (avec des vitesses de lecture astronomiquement plus rapides).

Évidemment, si vous disposez d’un CDN, je vous invite à l’activer ! En outre, dans « Miscellaneous », vous pouvez essayer « optimize disk enhenced… » si vous êtes sur du mutualisé avec des disques NFS (ça arrive aussi pour les VPS [moins pour le dédié]), si vous ne savez pas, essayez toujours vous verrez si vous avez un changement significatif n terme de perf.

Passons maintenant aux options avancées.

Page cache

Voici ce qu’on active :

  • Cache front page
  • Cache feeds : site, categories, tags, comments
  • Cache SSL (https) requests (si on est en https)
  • Cache 404 (not found) pages

Attention : j’ai noté certains problèmes lorsque « Don’t cache pages for logged in users » est décoché. En effet les pages telles que les voient les utilisateurs enregistrés sont mises en cache et présentées telles quelles à aux internautes non enregistrés. Cela pose problème puisque les utilisateurs connectés n’ont pas à renseigner nom, email et url… Le formulaire n’est donc pas toujours complet.

Minify

On coche :

  • Rewrite URL structure
  • Dans « HTML minify settings » enable et line break removal
  • Et « enable » pour « js » et « css »

Ici pour les mêmes raisons que le page cache, je décoche « Disable minify for logged in users ». Pour le reste, nous laisserons les paramètres par défaut.

WP Total cache, assemble et compresse vos fichiers css et javascript locales, puis les insère respectivement dans le header et le footer. Si vous avez d’autres ressources, qui sont par exemple des liens vers des CDN (jQuery, bootstrap etc.), le plugin n’agit pas dessus. Cependant, selon vos différentes ressources, vous pouvez avoir un certain ordre de chargement pour vos ressources (Bootstrap avant votre fichier style.css par exemple). Pour définir manuellement l’emplacement de vos ressources, il faut utiliser un shortcode dans le thème :

<!-- W3TC-include-css -->

<!-- W3TC-include-js-head -->

Les fichiers css et js minifiés remplaceront les shortcodes à leur emplacement respectif.

Database cache

Il n’y a pas grand chose à faire ici, je me contente de désactiver « Don’t cache queries for logged in users », toujours pour les raisons sus-mentionnées.

Browser cache

Dans cette section, on active :

  • Set Last-Modified header
  • Set expires header
  • Set cache control header
  • Enable HTTP (gzip) compression
  • Don’t set cookies for static files

J’estime qu’il n’est pas utile d’activer les etag car cela fait perdre un petit peu en performances et que l’on se repose déjà sur le Last-Modified header.

Notez que tout ce que vous activez dans la section « General » s’active pour les trois sections suivantes, nous laisserons les mêmes réglages pour tous les types de contenus (CSS&JS, HTML&XML et les médias).

WP DBManager

WP DBManager de Lester ‘GaMerZ’ Chan donne les différentes statistiques liées à la base de données de WordPress, et offre de nombreuses fonctions utiles à l’administrateur :

  • Permet d’entretenir la base en la nettoyant et en la réparant,
  • d’en faire des sauvegardes automatiques (toutes les semaines par ex.) et de les expédier par email : on pleure toujours trop tard après un hack ou une panne de ne pas avoir pris la précaution de faire des sauvegardes et de ne pouvoir restaurer le site…
  • D’exécuter des requêtes SQL directement sur la base.

Il n’y a pas grand chose à régler à part la fréquence et quelques options des backup auto dans « DB Options » (adresse mail, gzip ou non…).

Subscribe to Comments Reloaded

J’estime ce plugin être impératif dans le cadre d’un site où on a la possibilité de laisser des commentaires (et que ces derniers sont gérés par WP et non Disqus ou autre). Subscribe to Comments Reloaded offre en effet aux lecteurs la possibilité de s’abonner aux commentaires (ils reçoivent une notif email lors de chaque nouveau commentaire). C’est quand même cool lorsque l’on veut créer l’échange. Sans cela, je commente quelque part, puis si je ne suis pas au courant qu’on m’a répondu, soit j’ai le réflexe de retourner voir (peu probable), soit c’est mort (99,999999% des cas).

Je voudrais aussi mentionner Search Regex de John Godley qui permet d’effectuer des recherches (et remplacements) avec expressions régulières, et ce sur l’ensemble de la base de données ! Ultra puissant.

Vient enfin Better Delete Revision qui permet d’effacer les révisions de nos posts. De temps en temps, ça fait plaisir à la base de données, d’autant plus que les révisions ne sont souvent plus utilisées une fois l’article posté.

Je mentionne aussi Akismet, mais il est installé par défaut donc ça ne compte pas vraiment.

Selon les cas, on peut être amené à utiliser d’autres plugins, mais gardez à l’esprit que malgré la puissance des plugins de WordPress, trop en ajouter ralenti votre site. Utilisez l’essentiel et évitez les plugins inutiles ou qui peuvent être avantageusement remplacés par un thème bien pensé (plugin pour ajouter une icône sociale etc.).

Déjà 3 réponses, rejoignez la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *