Dites stop aux titres sans impact !

Un mauvais titre et c’est la seule chose qu’on aura lu de votre article. Dans les moteurs de recherche, c’est l’élément décisif qui va inciter l’internaute à cliquer – ou pas – sur votre lien. Pas de clic, pas de visite, c’est aussi simple que cela. Comment écrire un titre engageant ? Quels sont les éléments d’un bon titre ?

La méthode AIDA bien connue en vente et en marketing peut nous aider. Un bon titre doit en effet attirer l’Attention, éveiller l’Intérêt, susciter le Désir et pousser à l’Action.

Il n’y a pas de formule secrète permettant d’arriver à enchainer ces quatre points capitaux. Néanmoins, certaines choses marchent mieux que d’autres. Tout d’abord, on retrouve sur le net quatre grands types de titres :

  • Les listes avec des nombres : « 12 trucs pour réussir un titre d’article »,
  • Le style direct : « Réussissez vos titres d’articles »,
  • La solution : « Comment réussir vos titres d’articles »,
  • Normal : « Réussir ses titres d’articles »,
  • Interrogatif : « Quels sont les facteurs pour un titre d’article réussi ? »

Chaque type d’article possède des caractéristiques et une approche différente qui peut mieux convenir à certains sujets qu’à d’autres. Néanmoins, une étude a révélée que certaines typologie de titre ont beaucoup plus d’impact que d’autres.

impact des types de titres selon le sexe
Analyse des préférences d’un panel de lecteurs selon le type de titre

De loin, les titres avec une liste de nombre « les 6 façons de… » sont ceux qui ont le plus d’impact. Ils aident à lever l’ambiguïté sur le contenu, donnent l’impression que l’article est facile à lire et instillent une sensation d’exhaustivité. Veillez toutefois à ne pas trop en abuser, ils conviennent bien au web mais sont souvent utilisés pour des articles « légers ».

En seconde position, s’adresser directement à son lectorat a un impact fort. Le lecteur est engagé et se sent impliqué. Les titres didacticiels, « comment faire… » donnent aussi de bonnes performances. Ils indiquent très justement au lecteur que l’article présente une solution étape par étape à son problème.

Si la forme du titre permet d’attirer l’attention, ce sont les adjectifs et les adverbes qui façonnent l’intérêt et déterminent en grande partie le désir.

  • « Les meilleurs moyens de… »,
  • « déterminez rapidement votre potentiel »,
  • « un diagnostique facile ».

Si les superlatifs ont un fort pouvoir d’influence et de persuasion, il ne faut pas en faire un usage trop important non plus.

impact de l'usage des superlatifs dans les titres
Analyse des préférence d’un panel de lecteurs en fonction des superlatifs

Sans surprise, si un superlatif a un bon impact, au delà d’une certaine concentration, l’influence baisse. Cependant, on retrouve un certain impact avec quatre adjectifs dans le titre. Il faut aussi que cela soit cohérent avec le type d’article. C’est par exemple difficilement compatible avec des articles techniques, sérieux ou se voulant comme étant la référence dans un domaine puisque l’on joue ici sur la perception émotionnelle.

Toujours à propos des adjectifs, utilisez au maximum des adjectifs à fort impact, qui portent beaucoup de sens : « unique », « absolu », « extrême », « génial » ; et évitez les adjectifs passes-partout.

Pour plus d’impact, il est aussi possible de mélanger les types de titres, n’oubliez pas que susciter la curiosité est un très bon moyen d’obtenir l’attention et l’intérêt. Les titres du style « Vous ne devinerez jamais… », « cette chose incroyable qui… » sont ainsi efficaces (attention toutefois à l’image qu’ils véhiculent).

Les émotions ont également un rôle primordial dans le comportement des individus. Du clic au partage, en passant par la lecture du contenu, le facteur émotionnel dégagé par le titre a un impact considérable.

importance du facteur émotionnel dans les titres
Analyses des articles les plus partagés

Parmi les facteurs les plus importants, on retrouve :

  • La crainte (awe),
  • Le rire (laughter),
  • amusement,
  • la joie,
  • la colère,
  • l’empathie,
  • la surprise,
  • et enfin la tristesse.

On ne veut pas partager la tristesse car c’est négatif ET stérile. En revanche, la peur fait partager – et vendre, l’homme a naturellement une aversion à la perte. Pourquoi croyez-vous que tant de pub se basent sur la peur, la crainte et le risque ? Car vous voulez vous en prémunir, et vous pensez que partager l’info à vos proches leur permettra d’en faire autant.

À cet effet, l’usage d’un mot négatif permet d’atteindre directement la peur et la crainte des lecteurs : « Comment ne pas rater vos titres ». Ainsi, le lecteur se dit que la lecture de votre article est impératif pour éviter ce danger. Bon ok, dans ce cas pécis, je vous l’accorde, le danger est tout relatif hein… vous survivrez probablement à un titre bien pourris !

Un dernier point qui est à prendre en compte : la casse. DU 100% MAJUSCULES au tout en minuscule, le titre peut aussi passer Par Les Premières Lettre en Majuscules (on ignore souvent les mots de liaisons). Il semble que cette dernière variante ait souvent la préférence des internautes. Une fois de plus, attention au contenu. J’imagine mal les articles du Monde écrit comme cela…

influence de la casse dans les titres
Étude des préférences du panel de lecteurs envers la casse des titres

Conclusion

Ces éléments vous permettent d’appréhender la création de vos titres avec un cadre. Néanmoins, rien ne remplace de la réflexion et du temps passé à l’élaboration de vos titres. Nous parlons d’ailleurs de titre tout au long de cet article, mais la même démarche s’applique aux appels à l’action, les fameux CTA.

Avez-vous constaté l’impact que les titres peuvent avoir sur vos contenus ? Avez-vous tenté de modifier les titres de vos articles ?

Il n'y a pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *